L'histoire du club.

La boxe anglaise, amenée par les américains au sortir de la seconde guerre mondiale, se lia naturellement à l'histoire d'une ville en souffrance et où les dockers et les ouvriers aux conditions de vie difficiles représentaient la majeure partie de la population.Les valeurs véhiculés par ce sport, qui correspondaient bien à la mentalité locale, ont sans doute été le facteur qui ont fait son succès dans la citée portuaire.

Les grands champions qui se succédèrent sous les couleurs du club, appelé successivement la SNOS, Ring Nazairien puis Boxing Nazairien, attirèrent toujours les foules. En effet, que ce soit dans la salle du Commandant Gaté pour les petits galas ou dans le hangar de la Chambre de Commerce de Penhoët pour les plus grands par le passé, ou bien encore à la Soucoupe de Saint Nazaire construite en 1963 et qui est devenu au fil des ans une salle mythique du noble art en France, des milliers de personnes venaient y voir les champions s'y produire et y remporter de nombreux titres.

Voici quelques portraits des personnalitées qui ont contribués à amener le club là où il est aujourd'hui, c'est à dire parmis les meilleurs clubs de France de la discipline.

 

 

 

 

 

Yvon Quéfféléan.

yvon-queffe.jpgAppelé plus communément Monsieur Quéffé, ce fut le premier entraineur du club. Il passa plusieurs décennies au service du club et forma quelques uns des plus grands champions des années 50 aux années 80.

Charles Colin.

charles-colin.jpgEnfant du pays, gros frappeur, ce fut le premier idole de la ville. Il débuta sa carrière professionnelle le 23 Septembre 1951 et la termina le 14 Février 1961 avec un palmarès de 44 victoires, 6 matchs nuls et 8 défaites. Entre temps, fut champion de France de 1953 à 1958, et disputa son plus grand combat le 26 Février 1956 contre l'allemand Gerhard Hecht pour le titre européen devant 8000 spectateurs, combat qu'il perdit par abandon à la 13ème des 15 reprises. 

Souleymane Diallo.

souleymane-diallo.jpgMarin originaire de Dakar au Sénégal, il arriva en France en 1957 dans le port de Toulon et repris dans cette ville une carrière amateur brièvement commencée dans son pays d'origine. Participant au Jeux Olympiques 1960 à Milan (où il cotoya Mohammed Ali au village olympique) sous les couleurs de la France, il fut ensuite engagé en tant que boxeur professionnel à Saint Nazaire par Henri Fogel et Robert Caudal, des notables locaux, qui recherchaient un successeur à Charles Colin. Il fut champion de France de 1963 à 1965 et disputa même un championnat d'Europe à Paris face à l'italien Bruno Visintin le 23 Novembre 1964 qu'il perdit par KO à la 14ème reprise. Il termina sa carrière longue de 9 ans avec un palmarès de 42 victoires, 3 matchs nuls et 5 défaites.

Roland Cazeaux.

roland-cazeaux.jpgPassé par l'INSEP à Vincennes et ayant pris part au stage pré-olympique à Font-Romeux, il a raté de peu les Jeux Olympiques de 1968 à Mexico. Lors de sa carrière professionnelle qui s'étalla de 1968 à 1979, il disputa pas moins de 56 combats chez les professionnels pour 32 victoires, 6 matchs nuls et 18 défaites. Aujourd'hui, il est encore le seul champion d'Europe de boxe professionnelle du club, titre qu'il remporta le 27 Février 1976 à la Soucoupe face au Belge Luc Rudi Haeck grâce à une victoire acquise aux points après 15 rounds, et qu'il conserva en faisant match nul en Espagne avec le local Ramon Garcia Marichal avant de le perdre face à l'italien Natale Vezzoli chez lui en Italie. Il fut aussi champion de France en 1975 et 1977. A noter qu'il est actuellement toujours entraineur au club.

Germain Le Maître.

germain-lemaitre.jpgChampion de France des poids welters en 1974 et 1975, il le fut aussi dans la catégorie supérieure en 1983 et 1984 après une absence des rings de Juin 1976 à Avril 1981. Il disputa son plus gros combat à la Soucoupe le 9 Décembre 1983 pour y défier l'invaincu en 25 combats Herold Graham, titre européen en jeu. Il perdit ce combat par KO technique à la 8ème des 12 reprises mais restera dans les mémoires. Il termina a carrière avec un palmarès de 43 victoires, 7 nuls et 7 défaites.

Stephane Cazeaux.

stephane-cazeaux.jpg

Fils de Roland Cazeaux, il a lui aussi connu une grande carrière amateur (143 combats, 106 victoires, 5 matchs nuls et 32 défaites) en remportant le titre de champion de France en 1991 et en 1993, les Jeux Méditerraneens 1993, et de nombreuses médailles lors de tournois internationaux sous les couleurs de la France qu'il a porté à 35 reprises. Passé professionnel en 1994, il fut champion de France, vainqueur de la ceinture WBC International et challenger au titre européen contre le puissant Maxim Nesterenko. Lors de ce combat perdu par KO technique à la 9ème reprise, il montra toute l'étendue de sa technique ainsi qu'une détermination et un courage digne des plus grands boxeurs. Il termina sa carrière avec un palmarès de 23 victoires et 3 défaites.

Osman Aktas.

osman-aktas.jpgBarroudeur des rings, il commença sa carrière professionnelle à l'âge de 19 ans et la termina à l'âge de 34 ans. Son parcours l'aura emmené aux quatre coins de la France, ainsi qu'en Italie, en Angleterre, en Ukraine et en Belgique contre de très bons boxeurs tel Juan Carlos Diaz Melero, Michael Hunter ou encore Jeremy Parodi. Champion de France en 2007, de l'Union Européenne en 2008, et challenger européen en 2009, il disputa 59 combats professionnels pour un bilan de 33 victoires, 5 matchs nuls et 21 défaites.

Julie Robert.

julie1-1.jpgPremière femme à briller sous les couleurs nazairiennes, elle remporta aux points le titre de championne de France en 2010 contre Myriam Dellal à la Soucoupe après deux ans de carrière professionnelle seulement et fut ensuite désignée challengeuse officielle au titre européen contre Myriam Chomaz. Le combat eu lieu le 25 Mars 2011 à la Soucoupe, mais elle perdit aux points par décision partagée. A 26 ans seulement, elle semble avoir pris un peu de recul par rapport au noble art.

SANS OUBLIER ...

 

D'autres grands boxeurs auront marqués l'histoire du club, comme par exemple les amateurs Edmon (champion de France 1953) et Yvon (champion de France 1958) Retail, Roger Zami (qui fit ses 5 premiers combats professionnels en 1954 sous la houlette d'Yvon Quéfféléant avant de partir sur Paris chez Jean Bretonnel et de devenir champion d'Europe en 1972), "Pedro" Sevilla (boxeur peut-être trop gentil mais à la technique parfaite venu tenter sa chance en France après un début de carrière en Espagne et qui servait de sparring de luxe à Souleymane Diallo), Ernesto Miranda (qui boxa en fin de carrière à Saint Nazaire de 1973 à 1975 après avoir été champion d'Amérique du Sud en 1958), Pascal Lorcy (challenger au titre national en 1988), David Mathieu, Badre Belhadja ou encore Salaheddine Sarhani.